Espace Sentein - Accueil
Le Responsable Qualité-Évaluation : un générateur de talents

Le Responsable Qualité-Évaluation : un générateur de talents

Pour Hubert BARBADO, Chef de Service Educateur et Référent Qualité-Evaluation (RQE), « c’est exaltant de pouvoir agir sur l’organisation pour la faire progresser ! »

Sa fonction, explique-t-il, est de trouver de nouvelles voies qui suscitent chez ses collègues le désir d’agir au quotidien. La qualité ne peut pas se construire avec des gens blasés, voire opposants.
« Mon rôle n’est pas de remplir des vases de protocoles, de procédures et de process, mais de les agiter en suscitant la passion, la créativité, la vigilance de tous pour réinventer nos métiers et tenter de répondre au plus près aux besoins des usagers et leurs familles. »

Sa fonction, dit-il, est de conduire, de coordonner et d’animer les équipes afin que leur créativité s’inscrive dans un cadre réglementaire. Ce qui fait la qualité des établissements, ce n’est pas leur conformité – certes indispensable mais somme toute banale – c’est la transformation des idées « géniales » de ses acteurs.

C’est ainsi que l’établissement devient « remarquable ». Hubert BARBADO explique la démarche conduite depuis un an : « Nous sommes partis des évaluations internes et externes, avons répertorié des domaines où nous devions rapidement progresser et avons constitué des groupes de travail pour trouver des solutions créatives ». Le vrai combat d’un RQE, explique-t-il, est celui qu’il livre aux habitudes, au sentiment que rien ne changera, bref, au refus du changement.

« Notre rôle est de démontrer à chacun qu’il peut contribuer à repenser son métier et l’organisation, à faire du neuf utile. » A l’entendre, le RQE est un générateur de talents, doté d’un sens de l’écoute et de l’observation, pour aider chacun à être génial. Hubert BARBADO poursuit : « Nous avons créé 4 Commissions : le dossier unique de l’usager, la base documentaire, les événements indésirables et les repas.

Dans ces Commissions sont abordés des points transversaux aux différents établissements et services de l’Association et les aspects spécifiques. Ce qui implique une nécessaire connaissance des différentes structures et une veille juridique et technique permanente de la part du RQE ». Pour lui, la fonction du RQE est clairement précisée : générer le mode d’envie, pas le mode d’emploi ; susciter la créativité des acteurs, pas la reproduction de schémas obsolètes ; répondre aux besoins et attentes conscients ou pas des usagers et de leurs familles, pas simplement aux seules exigences institutionnelles.

A son sens, la certification AFNOR du Responsable Qualité-Evaluation vient conforter les compétences et la légitimité nécessaires pour occuper cette fonction. « Pour autant, je dois me ressourcer en permanence », dit-il, « je m’appuie sur les recommandations de bonnes pratiques professionnelles de l’ANESM, sur les documents pédagogiques de ma formation, sur des échanges avec des collègues RQE de ma promotion et sur la lecture de magazines et de sites professionnels » •

Cursus « Responsable Qualité – Evaluation du Secteur Social et Médico-Social, certifié(e) AFNOR »

La formation MEGA,  une passerelle vers la Licence !

La formation MEGA, une passerelle vers la Licence !

Une formation accessible à tous

Ce qui caractérise la formation « Management d’Équipe et Gestion d’activités », c’est qu’elle est accessible à tous : éducateurs, moniteurs, AMP, agents de service, …, issus de toute la France. Aucun diplôme n’est exigé pour y accéder. Seule l’expérience professionnelle est requise.
Sylvie BOUTEILLER, coordinatrice, confie : « J’ai besoin de confirmer ma pratique, de l’améliorer, de découvrir des outils, des méthodologies. A chaque retour de formation MEGA, je les partage avec mon équipe, c’est parfait ! »

Un booster de carrière !

Axel GARNAUD, Thierry FELIX et Julien MASSON, moniteurs 2ème classe, le confirment : « La finalité de la formation MEGA est, dans un premier temps, de passer 1ère classe. »
L’objectif d’Abdelhalim BOUSLOUGUI, coordinateur est « avec le Diplôme d’Université MEGA en poche puis une VAP, d’entrer en Licence et de devenir cadre intermédiaire ». Pour sa part, Patricia PHILIPPET, aujourd’hui responsable d’intendance, après avoir été agent de service puis responsable d’intendance,considère que la formation MEGA fait bouger les équipes de ceux qui y participent.

Un cursus 100% opérationnel
.
Pour Pierre MAUCO, moniteur d’atelier et coordinateur, « ce qui est essentiel dans le MEGA, c’est les liens étroits qui sont repris pendant toute la formation entre nos nouvelles compétences et le terrain. Dans chaque module de formation, on découvre comment s’y prendre pour atteindre nos objectifs. C’est concret. »

Opérationnelle aussi, car à raison de 2 jours par mois pendant 7 mois, la formation est, de l’avis de tous, compatible avec leur organisation personnelle et professionnelle. •

Recevoir la documentation

Management d’Equipe et Gestion d’Activités des Structures de l’Economie Sociale

La formation « Formateur(trice) en bonnes pratiques professionnelles », un tremplin personnel  et professionnel

La formation « Formateur(trice) en bonnes pratiques professionnelles », un tremplin personnel et professionnel

Une formation pour s’approprier les bonnes pratiques professionnelles (BPP)

Bruno GABORIAU, Directeur et Formateur en BPP certifié AFNOR, confirme : « Avec cette formation, nous sommes capables de décoder très vite une recommandation de l’ANESM, d’en faire la synthèse et de la faire partager aux équipes. Nous sommes les garants du déploiement des bonnes pratiques ».

La qualité des accompagnements en dépend, tout comme la conformité des établissements.

« La certification AFNOR légitime le référent BPP au sein de l’établissement »
.
Pour Thierry LAMOUR, conseil et formation en ESSMS, « la certification de Formateur en BPP donne une visibilité en tant qu’expert. Tu es la personne référente dans l’établissement. La certification AFNOR atteste de tes compétences. La formation est un moment privilégié d’échanges entre professionnels d’établissement, formateurs, évaluateurs, sur les BPP et leur animation. C’est un accélérateur de compétences !

Ce peut être aussi un pied à l’étrier vers d’autre fonctions en interne, formation, référent qualité, et une piste de réflexion pour démarrer ultérieurement une fonction de conseil, d’évaluation et de formation. C’est toujours une expérience riche au niveau personnel, nourrie par les rencontres et les échanges. »

Une formation au cœur des valeurs du secteur
.
« Promouvoir les bonnes pratiques auprès des professionnels, c’est redonner du sens et de la fierté aux équipes. » confirme Bruno GABORIAU. Et de préciser : « Nous disposons d’un outil fabuleux, les RBPP ; à nous, grâce aux apports de la formation et à nos échanges avec nos collègues de promotion, de les faire vivre ! »

Recevoir la documentation

Formateur(trice) en Bonnes Pratiques Professionnelles Certifié(e) AFNOR

Évaluateur externe : une opportunité pour les professionnels du médico-social

Évaluateur externe : une opportunité pour les professionnels du médico-social

Les 26 et 27 mai prochains, à Montpellier, Espace Sentein va accueillir les nouveaux participants à la formation “Évaluateur externe et externe expert des organisations de l’économie sociale”. Il s’agira de la 72ème promotion sur ce thème de formation, qui réunit de futurs évaluateurs qui pourront continuer à exercer leurs responsabilités professionnelles tout en réalisant ponctuellement des évaluations, ou se lancer en indépendant.

Les personnes prenant la voie de l’évaluation externe choisissent généralement de valoriser leurs fonctions actuelles de dirigeant ou d’exercer le métier d’évaluateur externe à part entière.

Que l’on soit dirigeant encore en poste ou indépendant, le métier d’évaluateur externe est appréhendé de façon différente.

Deux grands profils se retrouvent ainsi chez les évaluateurs externes.

Être évaluateur externe tout en occupant des fonctions de direction

Pour un dirigeant qui est encore en poste, se former à l’évaluation externe peut servir plusieurs objectifs, autant d’un point de vue professionnel que personnel.

Devenir évaluateur externe permet ainsi au dirigeant :

  • D’actualiser ses compétences, afin d’améliorer la performance de son organisation
  • De s’ouvrir sur l’extérieur et ainsi comparer ses pratiques, en travaillant avec d’autres professionnels de différents types d’établissements
  • De sécuriser son parcours professionnel grâce à une nouvelle compétence
  • De pouvoir se préparer à exercer une activité indépendante après une carrière de dirigeant d’ESSMS bien remplie, en faisant bénéficier la profession de son expérience, tout en s’assurant un revenu complémentaire

Être évaluateur externe indépendant

Pour les évaluateurs externes indépendants, quel que soit leur statut, la formation proposée par Espace Sentein répond à un autre objectif : il s’agit pour eux de détenir une expertise et d’être légitimes en proposant leurs services. La certification Afnor leur confère précisément cette reconnaissance.

Le cursus de formation les dote d’un ensemble de compétences nécessaires à la réussite de leur projet. Il s’agit pour eux d’être en capacité de proposer aux établissements et services une palette de services. Le marché de l’évaluation est tel, que cette seule expertise n’est plus suffisante pour assurer le plein emploi d’un évaluateur externe.

Ses nouvelles compétences vont permettre à l’évaluateur externe d’assurer des activités de «conseil » complémentaires qui répondent à différents besoins des établissements du secteur social et médico-social.

Ainsi, un évaluateur externe indépendant va-t-il pouvoir conseiller un établissement qu’il n’aura pas, bien sûr, lui-même évalué, sur la mise en place des préconisations qui ont été données lors de l’évaluation externe, ou l’aider à mettre en place les recommandations de bonnes pratiques professionnelles.

Une autre compétence utile souvent déployée par les évaluateurs externes, est celle de la formation, afin de former à l’évaluation, aux bonnes pratiques professionnelles ou encore au management, les professionnels des établissements.

Ces champs de compétences sont pleinement intégrés à la formation “Évaluateur externe et externe expert des organisations de l’économie sociale” certifié AFNOR proposée par Espace Sentein. Pour en savoir plus et consulter le programme, cliquer ici.

Médico-social : des formations sur le modèle du « serious game »

Médico-social : des formations sur le modèle du « serious game »

Depuis peu, Espace Sentein propose une formation interactive axée sur des jeux de cartes et l’échange entre participants pour ancrer de bonnes pratiques professionnelles.

La formation Référent bientraitance

La bientraitance s’inscrit dans le respect des droits des personnes, permet une organisation qui répond aux attentes et besoins de chaque bénéficiaire, des prestations de « convenance », conformes aux usages de la société, à ses règles morales.

C’est cette culture que la formation “Référent bientraitance”, proposée par Espace Sentein, essaie d’inscrire durablement dans les établissements.

La formation aborde des thèmes théoriques comme les fondamentaux de la bientraitance au travers de l’appropriation des recommandations de l’ANESM, portant sur les droit des usagers. Mais elle donne aussi des outils d’analyse institutionnelle et d’animation de groupes de bientraitance.

Une formation travaillée en « serious game »

Didier Vanhoutte est l’intervenant principal pendant cette formation. Il  s’est intéressé aux « serious games » et, à la suite de différentes recherches, a mis au point plusieurs jeux de cartes qu’il a  synthétisés en un slogan : « Apprendre c’est sérieux, alors jouons ! ». 

Ces jeux de table (3 – 4 joueurs par table) transposent les participants dans un autre contexte pour les ramener progressivement à leur quotidien. Ces « jeux », par leurs allers – retours, permettent de s’approprier une mise en œuvre des repères de la recommandation, sans « enjeux ».

Sur ce mode ludique, les participants se parlent sérieusement de leurs pratiques, les comparent, les transposent sur le mode « copier / adapter ». Ils jouent tour à tour les postures de l’auditeur externe (de l’évaluateur externe), du professionnel (force de proposition), du manager (décideur institutionnel).

Cette approche par le jeu décomplexifie la mise en œuvre de la culture de la bientraitance et transforme les pratiques en bonnes pratiques professionnelles.

Bientôt, d’autres variantes des jeux de cartes seront proposées dans les formations d’Espace Sentein sous la forme de « jeux de plateau », notamment dans le domaine de la gestion des risques.

Pour en savoir plus sur la formation « Référent bientraitance« , cliquez ici.

Ingénieur en performance : 2 nouvelles promotions ont débuté

Ingénieur en performance : 2 nouvelles promotions ont débuté

En ce début d’année 2016, ce sont deux nouvelles promotions pour la formation « Ingénieur certifié en performance » qui ont été lancées. L’occasion de présenter le programme de ces deux premiers jours de formation, auxquels les participants des promotions 11 (fin 2015) et 12 (début 2016) ont assisté.

La performance, au coeur des organisations

Dans une société moderne où la performance est une obsession pour les organisations, l’ingénieur en performance est un professionnel incontournable. Le rôle de ce spécialiste consiste à apporter l’aide nécessaire aux établissements et services sociaux et médico-sociaux grâce à des solutions fiables, leur permettant d’être plus efficaces dans leur activité, leur stratégie, leurs partenariats et leur organisation. La formation proposée par Espace Sentein répond ainsi à une demande croissante allant dans ce sens.

Deux journées stratégiques

Organisée en 6 modules répartis sur 9 mois, cette formation se fonde sur une méthodologie pointue de gestion de projets. L’objectif affiché étant de permettre aux participants de conduire avec la plus grande efficacité les politiques de diversification, de regroupement, de partenariats, de restructuration, d’amélioration de l’accompagnement, de prospective, d’organisation et de gestion. A l’occasion du premier module de formation, les participants ont bénéficié d’un retour sur les fondamentaux de la mission d’ingénieur en performance. Les deux premières journées sont ainsi consacrées à l’enrichissement et à la réactualisation des compétences des participants en management opérationnel et stratégique.

Le programme de ces deux jours est construit comme une introduction aux problématiques inhérentes à l’ingénieur performance. Deux grandes parties sont travaillées sur le thème « de la performance à la création de la valeur ». Les participants des promotions 11 et 12 ont pu en apprendre davantage sur le rôle d’ingénieur et la recherche de la performance le premier jour. Ils ont ensuite, lors du deuxième jour, travaillé sur la problématique de la valeur pour les parties prenantes de l’entreprise. En plus des méthodes pour pouvoir réaliser un plan de performance d’une organisation médico-sociale sociale ou sanitaire dans le cadre de missions de conseil, les participants, directeurs d’établissements, découvrent des outils et approches managériales qu’ils peuvent déployer dans leur quotidien pour consolider leur stratégie et optimiser l’organisation des structures qu’ils dirigent.

Un début de formation riche et intense, qui propose déjà des outils et mises en pratiques à chaque participant et qui seront enrichis tout au long du processus de formation.

Pour en savoir plus sur la formation, cliquer ici.

Retrouvez le portrait de Michel Gambier, intervenant de la formation « Ingénieur certifié en performance » en cliquant ici.

Aller au contenu principal